À la une de l'Antivol

Publication de L’Antivol-papier n° 3, juillet-septembre 2021

Par la Rédaction

L’Antivol avait pris son envol…papier en janvier dernier.

Nous avons le plaisir de vous annoncer que le n°3, correspondant au troisième trimestre 2021, vient d’être imprimé et sera disponible le 1er juillet prochain. Il est toujours gratuit et contient des articles qui, nous l’espérons, vous intéresseront autant que les précédents.

Vous pouvez le trouver, à Tours :

- au bar-tabac « Le Hublot », 14 bis rue Sébastopol

- au bar « Le Serpent Volant », 54 rue du Grand Marché

- à la librairie « Le Livre », 24 place du Grand Marché

- à la librairie « Bédélire », 81 rue du Commerce

- à la librairie « Lire au Jardin », 5 rue de Constantine

Le plus simple est de le demander à l’accueil de ces établissements, aussi aimables qu’essentiels !

Par ailleurs, nous poursuivons la création de notre réseau de diffusion à vocation nationale. Certains de nos membres ou lecteurs, ailleurs qu’à Tours, ont bien voulu en recevoir – nous prenons en charge les frais postaux – et se chargent de le distribuer autour d’eux. On peut aussi le trouver à Nantes, à la librairie « Vent d’Ouest », 5 place du Bon Pasteur. Dans les Deux-Sèvres La Boisselière (79310 Vouhé), dans l’Isère L’atelier paysan (ZA des Papeteries 38140 Renage), dans le Tarn les éditions La Lenteur (Le Batz 81140 Saint-Michel-de-Vax) ont également accepté de faire partie du réseau de distribution.

Et nous sommes bien sûr preneurs d’autres bonnes volontés…

Pour nous en faire part, nous communiquer vos réactions à la lecture du journal, nous proposer, comme pour le blog, vos propres contributions, merci d’écrire à lantivol37@gmail.com

À bientôt donc et que vive la presse écrite, réellement libre et radicale…

La Rédaction

Pour télécharger les précédents numéros : n° 1 - n° 2

Gilets Jaunes : les raisons de la colère

France en Gilets Jaunes

Par Aphil Goude

Quoi qu’on en pense et quoi qu’il advienne, le combat des Gilets Jaunes est appelé à faire date dans l’Histoire. Si l’on peut gloser à l’infini sur sa portée ou ses limites, ses vertus ou ses vices, il est surtout indipensable de revenir à la parole de ceux qui y ont participé, y participent ou y participeront encore. C’est ainsi qu’on pourra lire ou relire le texte ci-dessous, d’Aphil Goude. Il date de mi-décembre 2018, soit un mois après l’Acte I du mouvement, et il a le mérite d’offrir une bonne synthèse des raisons de la colère. En plus, son auteur ou ses auteurs, par le pseudonyme choisi, ne manquaient pas d’humour. Doublement, qu’on songe à la sonorité anglophone ou aux initiales évocatrices des prénom et nom…

Colère

Quand tu supprimes l’ISF, malgré l'évasion fiscale pour laquelle tu n'as rien fait
Quand les plus riches de France ont gagné 6% de leur revenu disponible en une année
Quand les plus pauvres de France ont encore perdu 1% de leur revenu  « disponible »
Quand les membres du CA des entreprises du CAC 40 se gavent
Quand le patron de Renault gagne 45000€ par jour et fraude le fisc
Quand tes députés votent la loi liberticide sur le secret des affaires malgré une pétition de 550 000 concitoyens s’y opposant, l’optimisation fiscale étant dans le champ des « savoir-faire »

Ne t’étonne pas que la colère monte

Quand un Président est élu non par adhésion mais par rejet d’un adversaire
Quand le Président se vante d'avoir explosé l’opposition en France
Quand le Président est dans le déni et que son verni craque
Quand BFM annonce tous les jeudis que le mouvement s’essouffle

Ne t’étonne pas que les citoyens soient dans la rue

Quand tu oses enlever 5€ d’APL aux plus démunis ou prétendus tels
Quand tu augmentes de 23% la CSG aux seniors et que tu baisses encore leurs retraites en la désindexant de l’inflation, eux qui ont trimé toute leur vie pour la finir dignement
Quand tu développes le racket routier avec les nouveaux radars et une limitation illogique
Quand tu soutiens une société où le profit passe avant l’humain

Ne t’étonne pas que la France descende dans la rue

Quand tu n’apportes aucune réponse dans la semaine malgré les mobilisations nombreuses, pacifistes et répétées
Quand tu minimises le départ de tes plus importants ministres
Quand tu prélèves 4 milliards de taxe carbone et que tu n’en consacres qu’un à la transition énergétique
Quand tes députés votent le maintien du glyphosate, poison mortel

Ne t’étonne pas que ton peuple s'exaspère

France en Gilets Jaunes

Quand tu empêches des gilets jaunes de monter dans les trains pour manifester à Paris
Quand tu es capable d’envoyer une quantité exceptionnelle de CRS face à 8000 manifestants pacifiques
Quand tu nommes un copain barbouze pour s'occuper de ta sécurité au mépris des règles de la République (port d'armes, brassard police, nomination, avancement... ) et que tu prends comme ministre, et pas des moindres, un individu plus que douteux issu ou proche de la mafia phocéenne
Quand ton personnel soignant est à bout
Quand tes profs se sentent abandonnés
Quand l’hôpital est proche de la ruine
Quand tes gendarmes ne sont plus respectés
Quand tes policiers se suicident
Quand tes pompiers sont caillassés
Quand tes smicards sont désespérés
Quand tes cheminots sont dénigrés
Quand tu privatises à tout va les services publics, que tu fermes les petites lignes non rentables
Quand le chômage explose comme jamais
Quand le politique n’écoute plus
Quand le citoyen n'y croit plus

Ne t'étonne pas que ton peuple tout entier ait envie de « traverser la rue »

Quand l’agriculteur se suicide de ne plus pouvoir obtenir un prix décent pour son lait
Quand le vigneron voit arriver du vin espagnol par citernes
Quand le maraîcher, respectueux des règles sanitaires, qui trime sans compter, voit arriver des légumes et fruits étrangers remplis de pesticides et donc moins chers
Quand les artisans sont accablés de fiscalité et concurrencés
Quand tes étudiants sont obligés d’aller étudier à l'étranger pour obtenir un diplôme convenable (kiné, dentiste, médecin... )
Quand tes citoyens ruraux n’ont plus de maternité, plus de docteur, plus d’infirmière, car ça coûte trop cher ou que tu bloques le numerus clausus
Quand les commerçants sont noyés sous les taxes et qu’Amazon, Google, Facebook ou Apple sont exonérés
Quand tu baisses sans arrêt les dotations aux communes
Quand le code du travail est brûlé sur la place de la république
Quand le seul droit du citoyen est de payer des taxes, encore des taxes (la France 2eme au monde ! )

Ne t’étonne pas que les « gaulois réfractaires » soient dans la rue

Carte Gilets Jaunes

Les barricades vont se multiplier, les ronds-points filtrés et je suis loin d’être un énervé mais je vois des simples citoyens, pères et mères de familles, retraités, smicards, tous ceux qui bossent et paient leurs impôts, qui prennent sur leur week-ends, leur temps de repos, pour crier leur révolte.

La justice fiscale et sociale est réclamée, elle doit être entendue. Le peuple ne doit pas être méprisé. La victoire démocratique n’autorise pas tout, surtout quand elle se fait par défaut.

Un changement de paradigme est urgent.

Posts les plus consultés de ce blog

La belle et saine colère de Bernard Friot

Par La Rédaction

La scène se déroule le 28 juin 2016, au Lieu-Dit, à Paris. Ce jour-là, la revue Ballast organise un débat, intitulé « Salaire à vie et revenu de base : quelles différences, quelles convergences ? ». Derrière une table, sont assis Baptiste Mylondo, pour le revenu de base, et Bernard Friot, pour le salaire à vie. La salle est comble et la rencontre, interventions des invités et échanges avec l’auditoire, durera plus de deux heures.

Les Brèves du Satirique, décembre 2020

Par Le Satirique

L’un des nouveaux membres de L’Antivol a l’esprit caustique. Sous le nom du « Satirique », un pseudo obligé pour raisons professionnelles, il nous a proposé de tenir une chronique de « brèves tourangelles », drôles et incisives. En voici la première livraison…

Olivier Pouvreau, petit bonhomme

Par Pierre Bitoun

L’auteur, sociologue et cofondateur de L’Antivol, dresse ici le portrait sans concessions de l’un des journalistes politiques de La Nouvelle République. Certains n’y verront qu’attaques ad hominem, forcément inadmissibles. D’autres, au contraire, salueront la mise en question de la responsabilité du journaliste au sein d’un système de domination, qui profite aussi, hélas, d’un consentement majoritaire au-dedans comme en dehors des rédactions. Au lecteur, quoi qu’il en soit, de se faire sa propre idée, sans plus tarder… Et sans plus, également, remettre à demain la mère des batailles : celle contre les médias dominants.