À la une de l'Antivol

Publication de L’Antivol-papier n° 3, juillet-septembre 2021

Par la Rédaction

L’Antivol avait pris son envol…papier en janvier dernier.

Nous avons le plaisir de vous annoncer que le n°3, correspondant au troisième trimestre 2021, vient d’être imprimé et sera disponible le 1er juillet prochain. Il est toujours gratuit et contient des articles qui, nous l’espérons, vous intéresseront autant que les précédents.

Vous pouvez le trouver, à Tours :

- au bar-tabac « Le Hublot », 14 bis rue Sébastopol

- au bar « Le Serpent Volant », 54 rue du Grand Marché

- à la librairie « Le Livre », 24 place du Grand Marché

- à la librairie « Bédélire », 81 rue du Commerce

- à la librairie « Lire au Jardin », 5 rue de Constantine

Le plus simple est de le demander à l’accueil de ces établissements, aussi aimables qu’essentiels !

Par ailleurs, nous poursuivons la création de notre réseau de diffusion à vocation nationale. Certains de nos membres ou lecteurs, ailleurs qu’à Tours, ont bien voulu en recevoir – nous prenons en charge les frais postaux – et se chargent de le distribuer autour d’eux. On peut aussi le trouver à Nantes, à la librairie « Vent d’Ouest », 5 place du Bon Pasteur. Dans les Deux-Sèvres La Boisselière (79310 Vouhé), dans l’Isère L’atelier paysan (ZA des Papeteries 38140 Renage), dans le Tarn les éditions La Lenteur (Le Batz 81140 Saint-Michel-de-Vax) ont également accepté de faire partie du réseau de distribution.

Et nous sommes bien sûr preneurs d’autres bonnes volontés…

Pour nous en faire part, nous communiquer vos réactions à la lecture du journal, nous proposer, comme pour le blog, vos propres contributions, merci d’écrire à lantivol37@gmail.com

À bientôt donc et que vive la presse écrite, réellement libre et radicale…

La Rédaction

Pour télécharger les précédents numéros : n° 1 - n° 2

Hommage à la République espagnole de 1936 en BD, livre, film et chanson

Par Lou Hubert

Pour inaugurer notre page « Médiathèque radicale », j’ai réalisé une petite sélection documentaire au sujet de la guerre civile espagnole qui dura de juillet 1936 à avril 1939. Cette sélection illustre notre démarche d’ensemble : proposer dans notre médiathèque aussi bien des livres que des bandes dessinées, des films ou des chansons.

Antonio ALTARRIBA et KIM, L’art de voler, Denoël, 2011

« Bon, c’est l’heure… l’heure de s’envoler… Le 4 mai 2001, le père d’Antonio Altarriba, âgé de 90 ans, saute du quatrième étage de sa maison de retraite... En relatant son existence intimement mêlée aux tempêtes qui ont ravagé l’Espagne et l’Europe du 20ème siècle, son fils rend un vibrant hommage au courage, aux idéaux vaincus et à l’art si difficile de voler. » Découpé en quatre parties, ce roman graphique retrace la vie du père de l’auteur, de 1910 à 2001. La République espagnole de 1936 y occupe une place centrale puisqu’elle correspond à l’émergence d’une conscience politique chez cet homme, conscience politique qui ne le quittera plus malgré les obstacles du quotidien et l’Histoire qui le traverse (Franquisme, Seconde guerre mondiale, etc.). Un récit bouleversant.

À lire également le récit biographique de la mère de l’auteur : L’aile brisée.

George Orwell, Hommage à la Catalogne, 10/18, 1999

« C’était bien la première fois de ma vie que je me trouvais dans une ville [NdlR Barcelone, décembre 1936] où la classe ouvrière avait pris le dessus. » Voici comment débutent les premières pages d’Hommage à la Catalogne du célèbre écrivain et reporter George Orwell. Engagé au sein du POUM (Parti ouvrier d’unification marxiste), il part soutenir et défendre la République espagnole, celle des anarchistes. Dans ce témoignage, on le voit apprendre la lutte armée, porter la victoire éphémère du « rouge et du noir », observer et devenir victime de la trahison des Soviétiques et de la montée du fascisme de Franco. Un livre fort dans lequel l’on voit s’affirmer l’identité politique d’un écrivain aux prises avec son époque et ses idéaux.

Ken Loach, Land and Freedom, 1995, 1h50

Le film de Ken Loach correspond en quelque sorte à une mise en image de l’essai de George Orwell. Sorti en 1995, Land and Freedom suit David, un militant britannique, engagé dans le POUM. Une scène du film marque particulièrement : le débat des républicains espagnols sur la collectivisation des terres. Loin d’être banale, la scène montre comment les vieux relents de la propriété se retrouvent balayés, à force d’arguments, par un nouveau souffle : des terres pour toutes et tous.

À voir également Josep, un film d’animation d’Aurel, 2020.

« A las barricadas »

Chant emblématique des anarchistes espagnols en 1936 au début de la lutte contre le soulèvement fasciste. Il appelle à la résistance symbolisée par les barricades. Il évoque à la fin la Confédération nationale du travail (CNT), syndicat espagnol fondé en 1910 à Barcelone. La musique est celle du chant polonais « La Varsovienne » qui fut notamment chanté par les victimes de la répression tsariste ou les révolutionnaires russes de 1905 et 1917.

Lien internet : https://www.youtube.com/watch?v=jKC8js_XEsIc

Version d'origine :
Negras tormentas agitan los aires.
Nubes oscuras nos impiden ver.
Aunque nos espere el dolor y la muerte
Contra el enemigo nos llama el deber.
El bien más preciado es la libertad
Hay que defenderla con fe y valor.
Alza la bandera revolucionaria
que del triunfo sin cesar nos lleva en pos.
[variante : que llevará al pueblo a la emancipación.]
Alza la bandera revolucionaria
que del triunfo sin cesar nos lleva en pos.
[variante : que llevará al pueblo a la emancipación.]
En pie el pueblo obrero, a la batalla
Hay que derrocar a la reacción.
¡ A las barricadas ! ¡ A las barricadas !
Por el triunfo de la Confederación.
¡ A las barricadas ! ¡ A las barricadas !
Por el triunfo de la Confederación.
Traduction française :
Des tempêtes noires agitent les airs.
Des nuages sombres nous empêchent de voir.
Même si la mort et la douleur nous attendent
Le devoir nous appelle contre l'ennemi.
Le bien le plus précieux est la liberté.
Il faut la défendre avec foi et courage.
Lève le drapeau révolutionnaire
qui nous emmène sans répit à la recherche de la victoire. [variante : qui mènera le peuple à l'émancipation.]
Lève le drapeau révolutionnaire
qui nous emmène sans répit à la recherche de la victoire. [variante : qui mènera le peuple à l'émancipation.]
Debout peuple ouvrier, au combat.
Il faut vaincre la réaction.
Aux barricades ! Aux barricades !
Pour le triomphe de la Confédération !
Aux barricades ! Aux barricades !
Pour le triomphe de la Confédération !

Posts les plus consultés de ce blog

La belle et saine colère de Bernard Friot

Par La Rédaction

La scène se déroule le 28 juin 2016, au Lieu-Dit, à Paris. Ce jour-là, la revue Ballast organise un débat, intitulé « Salaire à vie et revenu de base : quelles différences, quelles convergences ? ». Derrière une table, sont assis Baptiste Mylondo, pour le revenu de base, et Bernard Friot, pour le salaire à vie. La salle est comble et la rencontre, interventions des invités et échanges avec l’auditoire, durera plus de deux heures.

Les Brèves du Satirique, décembre 2020

Par Le Satirique

L’un des nouveaux membres de L’Antivol a l’esprit caustique. Sous le nom du « Satirique », un pseudo obligé pour raisons professionnelles, il nous a proposé de tenir une chronique de « brèves tourangelles », drôles et incisives. En voici la première livraison…

Olivier Pouvreau, petit bonhomme

Par Pierre Bitoun

L’auteur, sociologue et cofondateur de L’Antivol, dresse ici le portrait sans concessions de l’un des journalistes politiques de La Nouvelle République. Certains n’y verront qu’attaques ad hominem, forcément inadmissibles. D’autres, au contraire, salueront la mise en question de la responsabilité du journaliste au sein d’un système de domination, qui profite aussi, hélas, d’un consentement majoritaire au-dedans comme en dehors des rédactions. Au lecteur, quoi qu’il en soit, de se faire sa propre idée, sans plus tarder… Et sans plus, également, remettre à demain la mère des batailles : celle contre les médias dominants.