À la une de l'Antivol

Publication de L’Antivol-papier n° 6, avril-juin 2022

Par la Rédaction

Nous avons le plaisir de vous annoncer que le nouveau numéro de L’Antivol-papier, correspondant au deuxième trimestre 2022, vient de paraître. Il est toujours gratuit et contient des articles qui, nous l’espérons, vous intéresseront autant que les précédents.

Vous pouvez le trouver, à Tours :

  • au bar « Le Serpent Volant », 54 rue du Grand Marché
  • au bar-tabac « Le Bergerac », 93 rue Colbert
  • à la librairie « Le Livre », 24 place du Grand Marché
  • à la librairie « Bédélire », 81 rue du Commerce
  • à la librairie « Lire au Jardin », 5 rue de Constantine
  • au bar « Les Colettes », 57 quai Paul Bert

Le plus simple est de le demander à l’accueil de ces établissements, aussi aimables qu’essentiels.

Par ailleurs, nous poursuivons la création de notre réseau de diffusion à vocation nationale.

Certains de nos membres ou lecteurs, ailleurs qu’à Tours, ont bien voulu en recevoir – nous prenons en charge les frais postaux – et se chargent de le distribuer autour d’eux.

On peut aussi le trouver à Paris, à la librairie « Quilombo », 23 rue Voltaire 75011 et à Nantes, à la librairie « Vent d’Ouest », 5 place du Bon Pasteur. Dans les Deux-Sèvres La Boisselière (79310 Vouhé), dans l’Isère L’atelier paysan (ZA des Papeteries 38140 Renage), dans le Tarn les éditions La Lenteur (Le Batz 81140 Saint-Michel-de-Vax), dans le Maine-et-Loire l’Université populaire du Saumurois (12 rue de la Tonnelle 49400 Saumur) ont également accepté de faire partie du réseau de distribution. Ce dont nous les remercions tous vivement.

Et nous sommes bien sûr preneurs d’autres bonnes volontés…

Pour nous en faire part, nous communiquer vos réactions à la lecture du journal, nous proposer, comme pour le blog, vos propres contributions, merci d’écrire à lantivol37@gmail.com

A bientôt donc et que vive la presse écrite, réellement libre et radicale…

La Rédaction

Pour télécharger les précédents numéros : n° 1 - n° 2 - n° 3 - n° 4 - n° 5

À propos de « Figures du communisme » de Frédéric Lordon

Par Ariane Randeau

Pour Frédéric Lordon, détruire le capitalisme est une nécessité vitale.

Dans son nouvel ouvrage, qui réunit et approfondit des textes publiés sur son blog « La pompe à phynance », il analyse et propose des voies de sortie de ce modèle qui détruit la planète, « usurpe la vie », contraint les individus à la loi du marché, à l’intranquillité matérielle permanente, au « spectacle de la précarité ». Puisqu’il faut arrêter de croire que l’on peut obtenir quelque chose du capital et de sa « démocratie » bourgeoise, Lordon condamne ce qu’il nomme le « syndicalo-syndicalisme » ou bien encore la participation aux élections et dresse les conditions de mise en œuvre d’un « communisme luxueux » qu’il appelle de ses vœux.

L’ouvrage est organisé en trois grandes parties. La première concerne l’analyse des effets du capitalisme et de ses pseudo-contestataires. La deuxième énonce le cadre idéologique et économique du communisme, reprenant très largement les thèses de Bernard Friot. Enfin, il envisage les conditions du renversement du capitalisme, analysant ses stratégies de résistance et les manières dont il faudra faire face à son hostilité. L’analyse est foisonnante, argumentée, lucide, le tout sur un ton incisif.

Se dégager des contestataires de pacotille, ce que Lordon nomme les « scouts », est la première des conditions. Être un gentil militant ne change rien, au contraire, il laisse le capitalisme se développer encore et toujours plus, à tel point qu’il semble en devenir un complice.

Ensuite, sortir du capitalisme implique de se poser trois questions : qu’est-ce qu’on garde et qu’est-ce qu’on jette ? Les autonomies locales sont-elles une solution ? Pour quels nouveaux rapports sociaux ? La société communiste implique une refonte totale de l’organisation sociale et une décolonisation de nos imaginaires. Elle met fin à la propriété privée des moyens de production, au marché de l’emploi et à la finance. C’est ici que Lordon recourt aux travaux de Bernard Friot : puisque la division du travail est macrosociale, toute alternative doit l’être aussi. Le communisme repose sur trois principes : la cotisation générale, le conventionnement et le salaire à vie que Lordon renomme « garantie économique générale ». Les organisations se définissent dès lors par la propriété d’usage, l’autogestion et la délibération politique. Il s’agit de remplacer la précarité par la tranquillité matérielle, la dépendance au marché de l’emploi par la souveraineté des producteurs et la fin de la propriété lucrative, la dette par la subvention et les caisses économiques, la « démocratie » bourgeoise par la participation à la décision politique.

Bien sûr, le capital ne se laissera pas faire ! Comme l’écrit Lordon, « quand marché pas content, lui toujours faire ainsi : il vend les titres de la dette souveraine, fait baisser ses cours, donc monter ses taux d’intérêt. » Il s’agit d’avoir conscience des limites internes et externes d’une société communiste dans une économie capitaliste mondialisée, d’assumer de faire face à l’hostilité capitaliste, de ne plus « revendiquer » mais de transformer le cadre. Il faut enfin, car la masse est une des seules conditions de renversement du capitalisme, établir une « éthique politique des luttes » qui reconnaisse l’égalité des luttes et parte du principe qu’il ne faut rien faire dans sa lutte qui nuise aux autres.

Au final, l’intérêt de cet ouvrage passionnant est qu’il envisage concrètement les conditions de possibilité de la révolution à l’ère du capitalisme néolibéral autoritaire.

Posts les plus consultés de ce blog

Jours de grève et retraites : la punition ignorée

Par Pierre Bitoun

J’aurais pu, comme la quasi totalité de la population active ou retraitée, ne jamais m’en apercevoir. J’aurais pu, comme l’État, les syndicats ou les médias, ne pas ébruiter la nouvelle. J’aurais pu, enfin, accepter la mauvaise farce, si représentative d’une société, d’une époque. Oui, mais voilà, la retraite laisse parfois un peu de temps pour creuser les «  problèmes  »...

Les Brèves du Satirique, juin 2021

Par Le Satirique

L’un des membres de L’Antivol a l’esprit caustique. Sous le nom du « Satirique », un pseudo obligé pour raisons professionnelles, il nous livre ci-dessous sa 5ème série de « brèves », drôles et incisives. C’est un « spécial élections » qui vous est cette fois offert, dans la perspective des prochaines régionales et départementales des 20 et 27 juin. L’accès aux précédentes livraisons est, comme de coutume, au bas de l’article.

Les Brèves du Satirique, décembre 2020

Par Le Satirique

L’un des nouveaux membres de L’Antivol a l’esprit caustique. Sous le nom du « Satirique », un pseudo obligé pour raisons professionnelles, il nous a proposé de tenir une chronique de « brèves tourangelles », drôles et incisives. En voici la première livraison…