À la une de l'Antivol

Publication de L’Antivol-papier n° 3, juillet-septembre 2021

Par la Rédaction

L’Antivol avait pris son envol…papier en janvier dernier.

Nous avons le plaisir de vous annoncer que le n°3, correspondant au troisième trimestre 2021, vient d’être imprimé et sera disponible le 1er juillet prochain. Il est toujours gratuit et contient des articles qui, nous l’espérons, vous intéresseront autant que les précédents.

Vous pouvez le trouver, à Tours :

- au bar-tabac « Le Hublot », 14 bis rue Sébastopol

- au bar « Le Serpent Volant », 54 rue du Grand Marché

- à la librairie « Le Livre », 24 place du Grand Marché

- à la librairie « Bédélire », 81 rue du Commerce

- à la librairie « Lire au Jardin », 5 rue de Constantine

Le plus simple est de le demander à l’accueil de ces établissements, aussi aimables qu’essentiels !

Par ailleurs, nous poursuivons la création de notre réseau de diffusion à vocation nationale. Certains de nos membres ou lecteurs, ailleurs qu’à Tours, ont bien voulu en recevoir – nous prenons en charge les frais postaux – et se chargent de le distribuer autour d’eux. On peut aussi le trouver à Nantes, à la librairie « Vent d’Ouest », 5 place du Bon Pasteur. Dans les Deux-Sèvres La Boisselière (79310 Vouhé), dans l’Isère L’atelier paysan (ZA des Papeteries 38140 Renage), dans le Tarn les éditions La Lenteur (Le Batz 81140 Saint-Michel-de-Vax) ont également accepté de faire partie du réseau de distribution.

Et nous sommes bien sûr preneurs d’autres bonnes volontés…

Pour nous en faire part, nous communiquer vos réactions à la lecture du journal, nous proposer, comme pour le blog, vos propres contributions, merci d’écrire à lantivol37@gmail.com

À bientôt donc et que vive la presse écrite, réellement libre et radicale…

La Rédaction

Pour télécharger les précédents numéros : n° 1 - n° 2

À propos d’Histoire de ta bêtise de François Bégaudeau (Fayard/Pluriel, 2020)

Par Ariane Randeau

« Tu penses utile, donc tu ne penses pas » (p.190) écrit François Bégaudeau à propos du bourgeois du XXIe siècle. Dans Histoire de ta bêtise, l’écrivain dresse un portrait incisif, drôle et intelligent du bourgeois « cool » qui n’a de cesse de poursuivre ses propres intérêts de classe, de se maintenir au pouvoir coûte que coûte et de faire de sa « pensée » la pensée dominante.

Le point de départ de Bégaudeau est un moment particulier de la vie française, celui des présidentielles de 2017, période qui amène son lot de discussions et de poncifs qui ont fait du vote (surtout au moment de l’entre-deux tours), la voix du rejet des « zextrêmes » et des « zidéologies ». Tous impératifs énoncés par ce bourgeois cool, qui nous incite à « bien » penser et surtout à « bien voter ». Ce sont ces jugements de valeurs et cette morale qui agacent à juste titre François Bégaudeau. Ils viennent, selon lui, dépolitiser la politique et la réduire, à travers le vote, à un acte individuel, muet et ponctuel, alors qu’elle est par essence, collective, bruyante et permanente.

Qui est donc ce bourgeois « cool » ? L’exemple ci-dessus fournit une première caractéristique : il est bourré de certitudes et ne conçoit pas d’autres vérités que la sienne. Il a une pensée uniquement orientée vers « l’opportunisme marchand » (p.169) et la défense de son pouvoir envisagé sous l’angle purement « managérial ». Il est « sans mémoire » (p.205) et faussement cool. Main de fer dans un gant de velours, il aime le pauvre mais celui qui doit donner du sien. Pour qu’il soit « inclus » car le bourgeois cool étant « inclusif », le pauvre, le précaire, le chômeur, les femmes doivent correspondre aux attentes de sa classe sociale : mobilité, flexibilité, docilité, rentabilité, compétitivité, bref des individus qui doivent être acteurs d’eux-mêmes pour permettre l’hypocrite « vivre ensemble » !

Finalement, ces jugements de classe le rendent, sous couvert d’« ouverture au monde », intolérant. Dès que le pauvre menace son pouvoir ou que le sociologue désenchante son monde, il a peur et devient… autoritaire. Sa peur et sa haine du radical et du peuple sont plus forts que tout : il faut tenir à distance, imposer ses « vérités » par un « management opérationnel », marteler son idéologie « pragmatique » en mobilisant ses intellectuels organiques et ses chiens de garde médiatiques, et si ça ne fonctionne pas, laisser quelques miettes pour la route.

« Réaliseras-tu un jour que c’est ce cool qui est haïssable ? Qu’au-delà de la violence sociale, c’est le coulis de framboise qui l’enrobe qui est obscène ? C’est l’écrin d’humanité dans lequel tu feutres ta brutalité structurelle. C’est les 20 000 euros d’indemnités pour qu’un ouvrier avale un plan social. C’est ta façon d’appeler plan de sauvegarde de l’emploi une vague de licenciements ; d’appeler restructuration une compression de personnel, et modernisation d’un service public sa privatisation. » (p.119)

Bégaudeau nous offre une « pensée radicale » qui « rapporte les faits sociaux à des faits de structures » (p.181). Elle est nécessaire à l’analyse des mécanismes de la domination et de la lutte des classes pour envisager et travailler au seul changement qui vaille : la sortie du capitalisme.

Posts les plus consultés de ce blog

La belle et saine colère de Bernard Friot

Par La Rédaction

La scène se déroule le 28 juin 2016, au Lieu-Dit, à Paris. Ce jour-là, la revue Ballast organise un débat, intitulé « Salaire à vie et revenu de base : quelles différences, quelles convergences ? ». Derrière une table, sont assis Baptiste Mylondo, pour le revenu de base, et Bernard Friot, pour le salaire à vie. La salle est comble et la rencontre, interventions des invités et échanges avec l’auditoire, durera plus de deux heures.

Les Brèves du Satirique, décembre 2020

Par Le Satirique

L’un des nouveaux membres de L’Antivol a l’esprit caustique. Sous le nom du « Satirique », un pseudo obligé pour raisons professionnelles, il nous a proposé de tenir une chronique de « brèves tourangelles », drôles et incisives. En voici la première livraison…

Olivier Pouvreau, petit bonhomme

Par Pierre Bitoun

L’auteur, sociologue et cofondateur de L’Antivol, dresse ici le portrait sans concessions de l’un des journalistes politiques de La Nouvelle République. Certains n’y verront qu’attaques ad hominem, forcément inadmissibles. D’autres, au contraire, salueront la mise en question de la responsabilité du journaliste au sein d’un système de domination, qui profite aussi, hélas, d’un consentement majoritaire au-dedans comme en dehors des rédactions. Au lecteur, quoi qu’il en soit, de se faire sa propre idée, sans plus tarder… Et sans plus, également, remettre à demain la mère des batailles : celle contre les médias dominants.