À la une de l'Antivol

Publication de L’Antivol-papier n° 3, juillet-septembre 2021

Par la Rédaction

L’Antivol avait pris son envol…papier en janvier dernier.

Nous avons le plaisir de vous annoncer que le n°3, correspondant au troisième trimestre 2021, vient d’être imprimé et sera disponible le 1er juillet prochain. Il est toujours gratuit et contient des articles qui, nous l’espérons, vous intéresseront autant que les précédents.

Vous pouvez le trouver, à Tours :

- au bar-tabac « Le Hublot », 14 bis rue Sébastopol

- au bar « Le Serpent Volant », 54 rue du Grand Marché

- à la librairie « Le Livre », 24 place du Grand Marché

- à la librairie « Bédélire », 81 rue du Commerce

- à la librairie « Lire au Jardin », 5 rue de Constantine

Le plus simple est de le demander à l’accueil de ces établissements, aussi aimables qu’essentiels !

Par ailleurs, nous poursuivons la création de notre réseau de diffusion à vocation nationale. Certains de nos membres ou lecteurs, ailleurs qu’à Tours, ont bien voulu en recevoir – nous prenons en charge les frais postaux – et se chargent de le distribuer autour d’eux. On peut aussi le trouver à Nantes, à la librairie « Vent d’Ouest », 5 place du Bon Pasteur. Dans les Deux-Sèvres La Boisselière (79310 Vouhé), dans l’Isère L’atelier paysan (ZA des Papeteries 38140 Renage), dans le Tarn les éditions La Lenteur (Le Batz 81140 Saint-Michel-de-Vax) ont également accepté de faire partie du réseau de distribution.

Et nous sommes bien sûr preneurs d’autres bonnes volontés…

Pour nous en faire part, nous communiquer vos réactions à la lecture du journal, nous proposer, comme pour le blog, vos propres contributions, merci d’écrire à lantivol37@gmail.com

À bientôt donc et que vive la presse écrite, réellement libre et radicale…

La Rédaction

Pour télécharger les précédents numéros : n° 1 - n° 2

Bibliothèque radicale, de A à Z - A

Par La Rédaction

Avec ce nouvel article, première pierre d’un travail au long cours, L’Antivol vous propose une série d’auteurs et d’ouvrages qui, chacun à leur façon (et à notre propre façon aussi de les lire…), contribuent à nourrir une culture radicale. Telle que, rappelons-le, on en trouvera résumés les principaux sens et orientations dans notre manifeste fondateur.

Pour composer cette bibliothèque, nous nous sommes naturellement donné un certain nombre de règles de sélection et de présentation :

  1. Puiser dans un large éventail d’auteurs et d’ouvrages qui, quels que soient l’époque, le domaine du savoir, l’origine française ou étrangère des auteurs, apportent une contribution à la critique du capitalisme, du productivisme ou/et permettent de mieux définir ce que doit être une société postcapitaliste et postproductiviste.
  2. Limiter l’intervention de L’Antivol à : la sélection des auteurs, d’un ou plusieurs de leurs ouvrages, quelques brèves remarques destinées à mettre en appétit le lecteur. Aller plus loin accroîtrait démesurément le travail et risquerait de priver le lecteur de sa liberté d’aborder, comme il le souhaite, le « contenu » de la bibliothèque.
  3. Faciliter, autant qu’il est possible, l’accès au plus grand nombre : pour chaque auteur, vous trouverez en cliquant sur son nom un lien vers sa fiche wikipedia qui constitue généralement une première bonne source de connaissances ; pour les ouvrages, vous pourrez télécharger le pdf, lorsque celui-ci est disponible et légalement diffusable. La lecture de l’ouvrage papier reste toutefois hautement recommandée, via l’emprunt en bibliothèque ou l’achat dans les petites librairies.
  4. Opter pour un classement alphabétique, qui évite toute hiérarchisation a priori des auteurs et permet de présenter la sélection par articles successifs, plus faciles à constituer et à digérer.
  5. Ouvrir cette bibliothèque, dont la composition proposée est forcément arbitraire et incomplète, à vos suggestions via notre adresse électronique : lantivol37@gmail.com.
  6. Créer enfin, pour cette bibliothèque radicale, comme pour toutes les œuvres (BD, chansons, films, etc.) citées dans les articles de L’Antivol, un index consultable en ligne.

Voici donc, pour commencer, nos choix pour la lettre A :

Accardo Alain

D’importants travaux avec ou sur Pierre Bourdieu, sur le journalisme chien de garde ou la figure centrale du petit bourgeois.

Le petit bourgeois gentilhomme. Sur les prétentions hégémoniques des classes moyennes, Agone, Coll. Éléments, 2020 (1ère édition 2003).

Adorno Theodor (1903-1969)

La critique de la raison, du progrès scientifique et technique, de l’industrie culturelle et de la société de consommation, de la vie quotidienne sous le capitalisme ou de la montée d’une « personnalité autoritaire » constituent quelques-uns des apports majeurs de ce cofondateur de l’École de Francfort.

La dialectique de la raison. Fragments philosophiques (en collaboration avec Max Horkheimer), Gallimard, Coll. Tel, 1974 pour l’édition française (1944 ou 1947 pour l’édition originale allemande).

Minima Moralia. Réflexions sur la vie mutilée, Petite Bibliothèque Payot, 2016 (1951 pour l’édition originale allemande).

Études sur la personnalité autoritaire, Allia, 2007 (1950 pour la 1ère édition en anglais).

Kulturindustrie. Raison et mystification des masses (en collaboration avec Max Horkheimer), Allia, 2012 (l’un des chapitres de La dialectique de la raison).

Agamben Giorgio

Un philosophe italien dont l’œuvre, foisonnante et marquante, interroge les principaux concepts de la politique, du langage, de l’économie, du droit ou de la religion. Ses réflexions, on ne peut plus actuelles, sur la biopolitique, les états d’exception, les dispositifs dans lesquels nos personnalités, nos vies et nos corps se trouvent modelés sont autant de clefs de lecture de l’oppression qu’une incitation à nous en libérer.

Homo Sacer. L’intégrale (1997-2015), Le Seuil, Coll. Opus, 2016.

Moyens sans fins. Notes sur la politique, Payot-Rivages, Coll. Rivages Poche Petite Bibliothèque, 2002.

Qu’est-ce qu’un dispositif ?, Payot-Rivages, Coll. Rivages Poche Petite Bibliothèque, 2014.

Alleg Henri (1921-2013)

L’auteur, communiste, fut torturé en Algérie par l’armée française et le récit qu’il en fit dans La Question joua un rôle essentiel dans la prise de conscience et la lutte contre les exactions commises par la France durant la guerre d’Algérie. Un livre qui rejoint le combat de tous ceux pour qui, sous quelque latitude ou régime politique, la fin ne doit jamais justifier tous les moyens.

La Question, Éditions de Minuit, 2008 (1ère édition en 1958).

Anders Günther (1902-1992)

Un philosophe, un journaliste, un homme engagé dans de multiples mouvements (pacifiste, antinucléaire, anticapitaliste…) dont le pseudonyme « Anders » signifie en français « différent, autrement ». Son œuvre, qu’elle porte sur Auschwitz, Hiroshima, la critique de la technique, des médias, du travail ou de la marchandise, est tout à la fois lucide, radicale et d’une écriture facile d’accès. En tirer les leçons devrait intéresser quiconque souhaite réellement dépasser le capitalisme et le productivisme.

L’Obsolescence de l’Homme. Tome 1. Sur l’âme à l’époque de la révolution industrielle, Éditions de l’Encyclopédie des nuisances et Éditions Ivrea, 2002 pour l’édition française (1956 pour l’édition originale en allemand)

L’Obsolescence de l’homme. Tome 2. Sur la destruction de la vie à l’époque de la troisième révolution industrielle, Fario, Coll. Ivrea, 2011 (1980 pour l’édition originale en allemand).

Arendt Hannah (1906-1975)

La puissance de sa pensée et son courage politique ne firent qu’un. Par ses travaux sur la démocratie athénienne, les révolutions française ou américaine, le totalitarisme, le génocide ou les camps, le mensonge, la tradition ou la modernité, elle nous a légué un héritage vivant de faits, réflexions, concepts (la « banalité du mal », le « trésor perdu » des révolutions, le « monde commun », etc.) qui nous invite à dépasser les désastres du passé autant qu’à mieux définir les futurs possibles de la démocratie. Ou pour le dire autrement : de sa lecture, on ressort toujours « nourri », plus « intelligent ».

Les origines du totalitarisme, en trois volumes (datant de 1951 pour l’édition originale en anglais) :

  1. Sur l’antisémitisme, Calmann-Lévy, 1973 repris en 1984 au Seuil, Coll. Points.
  2. L’impérialisme, Fayard, 1982 repris en 1984 au Seuil, Coll. Points.
  3. Le système totalitaire, Seuil, Coll. Points, 1972.

Condition de l’homme moderne, Calmann-Lévy, 1961 (1958 pour l’édition originale en anglais) repris chez Pocket, 1988.

Essai sur la révolution, Gallimard, 1963, repris chez le même éditeur en Coll. Folio, 2013 (1963 pour l’édition originale en anglais).

Eichmann à Jérusalem. Rapport sur la banalité du mal, Gallimard, 1966 repris chez le même éditeur en Coll. Folio 1991 (1963 pour l’édition originale en anglais).

Aristote (384-322 avant JC)

On dit souvent qu’il a tout pensé. Ce n’est pas faux et, pour s’en apercevoir, il suffit de se plonger dans deux de ses œuvres majeures, où philosophie morale et politique se rejoignent, nous donnant aujourd’hui encore de quoi fonder et imaginer une vie placée sous le signe de la mesure et une démocratie prudente, pluraliste et solidaire.

Éthique à Nicomaque, Librairie philosophique J. Vrin, Coll. Bibliothèque des textes philosophiques, 2017 (1959 pour la 1ère édition).

La Politique, Librairie philosophique J. Vrin, Coll. Bibliothèque des textes philosophiques, 2019, (1962 pour la 1ère édition).

Plutôt que les pdf téléchargables gratuitement, nous recommandons ci-dessus les éditions de poche de la traduction, classique, par Jules Tricot. À noter que d’autres traductions, plus récentes et de grande qualité, sont également disponibles au format de poche chez Gallimard ou Flammarion.

Posts les plus consultés de ce blog

La belle et saine colère de Bernard Friot

Par La Rédaction

La scène se déroule le 28 juin 2016, au Lieu-Dit, à Paris. Ce jour-là, la revue Ballast organise un débat, intitulé « Salaire à vie et revenu de base : quelles différences, quelles convergences ? ». Derrière une table, sont assis Baptiste Mylondo, pour le revenu de base, et Bernard Friot, pour le salaire à vie. La salle est comble et la rencontre, interventions des invités et échanges avec l’auditoire, durera plus de deux heures.

Les Brèves du Satirique, décembre 2020

Par Le Satirique

L’un des nouveaux membres de L’Antivol a l’esprit caustique. Sous le nom du « Satirique », un pseudo obligé pour raisons professionnelles, il nous a proposé de tenir une chronique de « brèves tourangelles », drôles et incisives. En voici la première livraison…

Olivier Pouvreau, petit bonhomme

Par Pierre Bitoun

L’auteur, sociologue et cofondateur de L’Antivol, dresse ici le portrait sans concessions de l’un des journalistes politiques de La Nouvelle République. Certains n’y verront qu’attaques ad hominem, forcément inadmissibles. D’autres, au contraire, salueront la mise en question de la responsabilité du journaliste au sein d’un système de domination, qui profite aussi, hélas, d’un consentement majoritaire au-dedans comme en dehors des rédactions. Au lecteur, quoi qu’il en soit, de se faire sa propre idée, sans plus tarder… Et sans plus, également, remettre à demain la mère des batailles : celle contre les médias dominants.