À la une de l'Antivol

Publication de L’Antivol-papier n° 2

Par la Rédaction

L’Antivol avait pris son envol…papier en janvier dernier.

Nous avons le plaisir de vous annoncer que le n°2, correspondant au deuxième trimestre 2021, vient d’être imprimé et sera disponible – ce n’est pas une blague… – dès le 1er avril. Il est toujours gratuit et contient des articles qui, nous l’espérons, vous intéresseront autant que les précédents.

Vous pouvez le trouver, à Tours :

- au bar-tabac « Le Hublot », 14 bis rue Sébastopol

- à la librairie « Le Livre », 24 place du Grand Marché

- à la librairie « Bédélire », 81 rue du Commerce

- à la librairie « Lire au Jardin », 5 rue de Constantine

Le plus simple est de le demander à l’accueil de ces établissements, aussi aimables qu’essentiels !

Par ailleurs, nous sommes en train de monter un réseau de diffusion, à vocation nationale. Certains de nos membres ou lecteurs, ailleurs qu’à Tours, ont bien voulu en recevoir – nous prenons en charge les frais postaux – et se chargent de le distribuer autour d’eux. On peut aussi le trouver à Nantes, à la librairie « Vent d’Ouest », 5 place du Bon Pasteur. Dans les Deux-Sèvres La Boisselière (79310 Vouhé), dans l’Isère L’atelier paysan (ZA des Papeteries 38140 Renage), dans le Tarn les éditions La Lenteur (Le Batz 81140 Saint-Michel-de-Vax) ont également accepté de faire partie du réseau de distribution.

Et nous sommes bien sûr preneurs d’autres bonnes volontés…

Pour nous en faire part, nous communiquer vos réactions à la lecture du journal, nous proposer, comme pour le blog, vos propres contributions, merci d’écrire à lantivol37@gmail.com

A bientôt donc et que vive la presse écrite, réellement libre et radicale…

La Rédaction

Lettre-enquête aux élus de Tours et de Tours Métropole sur la question et la réalité des cumuls – Point d’étape n° 2, mai 2021

Par CATDP, L’Antivol, la Touraine insoumise, le NPA 37 et le PG 37

À la suite d’un post Facebook de Christophe Dupin – 6e adjoint à la Ville de Tours, délégué à la Culture et à l‘éducation populaire – où il s’efforce de clarifier sa situation personnelle en matière de cumuls, on lira ci-dessous le courriel que nos 5 organisations lui ont adressé. Un nouveau point d’étape donc, car sur ce sujet comme sur tant d’autres, on ne lâche rien…

Bonjour Monsieur Christophe Dupin,

Nous avons été mis au courant du message que vous avez posté sur votre compte Facebook, le 21 mars dernier, afin de répondre à une « infox » concernant vos cumuls d’activités et de rémunérations en tant qu’élu et enseignant.

Sachez tout d’abord que les 5 organisations (C’est au Tour(s) du Peuple, L’Antivol, La Touraine insoumise, le Nouveau Parti Anticapitaliste 37, le Parti de Gauche 37) qui vous ont adressé le 11 janvier dernier la « Lettre-enquête aux élus de Tours et de Tours Métropole sur la question et la réalité des cumuls » n’ont rien à voir avec cette « infox » dont vous parlez et dont, comme tant d’autres Tourangelles et Tourangeaux, nous aimerions d’ailleurs connaître les auteurs et le contenu exact.

Nos 5 organisations ne recourent jamais à ce genre de pratiques, les condamnent et elles agissent toujours en toute transparence, ainsi que le démontre notre lettre de janvier dûment cosignée et rendue publique.

Nous tenons, par ailleurs, à vous faire part des quelques remarques suivantes :

  1. Ce qui fait le lit de ce genre de pratiques, c’est fondamentalement le défaut de transparence préalable des élus eux-mêmes qui vient nourrir toutes sortes de suspicions, fondées ou infondées. De ce point de vue, on peut penser que si vous aviez pris soin, vous-même et l’immense majorité des élus, de répondre à notre lettre (cf. notre point d’étape n° 1 visible sur nos différents blogs – adresses en bas de ce courriel), vous n’auriez peut-être pas été l’objet de cette « infox »…
  1. Il n’est jamais trop tard, évidemment, pour bien faire et vous trouverez donc de nouveau notre missive en pj. Nous mettons bien sûr en copie l’ensemble des élus, qu’ils vous aient ou non soutenu sur Facebook, afin qu’ils soient informés du présent courriel et prennent enfin soin, comme vous-même, de répondre à notre demande démocratique.
  1. Dans l’attente, nous prenons acte de votre effort de clarification (cf. votre post Facebook en pj) et nous nous permettons de l’adjoindre à notre dossier « cumuls », à moins bien entendu que vous vous y opposiez.
  1. À la lecture de ce post, sachez que nous partageons votre souhait d’un véritable statut de l’élu, – serpent de mer s’il en est de la vie politique française ! –, sans cesse réclamé depuis 40 ans mais curieusement jamais créé, y compris par ceux-là même qui s’en font les hérauts, toutes couleurs politiques confondues.
  1. En revanche, la façon dont vous évoquez les différents conseils d’administration d’établissements culturels dans lesquels vous siégez (CCCOD, Petit Faucheux, S(A)EM Tours Événements, Conseil d’exploitation du Grand Théâtre) laisse pour le moins à désirer. La question n’est en effet pas seulement qu’ils soient gourmands en temps ou qu’ils donnent lieu ou non à rémunération ! Le problème est que, toujours réservés aux élus de la majorité municipale en place, ces sièges – dans la culture et partout – finissent par fabriquer un quadrillage de la vie politique locale, un « système » qui étouffe la vie démocratique et nuit au pluralisme dans les prises de décisions, publiques ou publico-privées. Ne l’oubliez pas et profitez de l’actuelle mandature pour ne pas répéter, vous et vos collègues adjoints des autres secteurs, les mêmes pratiques que vos prédécesseurs majoritaires.

C’est au Tour(s) du Peuple, L’Antivol, La Touraine insoumise, le Nouveau Parti Anticapitaliste 37, le Parti de Gauche 37

PS Pour lire notre point d’étape n° 1 du 1er mars dernier :

L'Antivol
CATDP
La Touraine Insoumise

Posts les plus consultés de ce blog

La belle et saine colère de Bernard Friot

Par La Rédaction

La scène se déroule le 28 juin 2016, au Lieu-Dit, à Paris. Ce jour-là, la revue Ballast organise un débat, intitulé « Salaire à vie et revenu de base : quelles différences, quelles convergences ? ». Derrière une table, sont assis Baptiste Mylondo, pour le revenu de base, et Bernard Friot, pour le salaire à vie. La salle est comble et la rencontre, interventions des invités et échanges avec l’auditoire, durera plus de deux heures.

Les Brèves du Satirique, décembre 2020

Par Le Satirique

L’un des nouveaux membres de L’Antivol a l’esprit caustique. Sous le nom du « Satirique », un pseudo obligé pour raisons professionnelles, il nous a proposé de tenir une chronique de « brèves tourangelles », drôles et incisives. En voici la première livraison…

Olivier Pouvreau, petit bonhomme

Par Pierre Bitoun

L’auteur, sociologue et cofondateur de L’Antivol, dresse ici le portrait sans concessions de l’un des journalistes politiques de La Nouvelle République. Certains n’y verront qu’attaques ad hominem, forcément inadmissibles. D’autres, au contraire, salueront la mise en question de la responsabilité du journaliste au sein d’un système de domination, qui profite aussi, hélas, d’un consentement majoritaire au-dedans comme en dehors des rédactions. Au lecteur, quoi qu’il en soit, de se faire sa propre idée, sans plus tarder… Et sans plus, également, remettre à demain la mère des batailles : celle contre les médias dominants.