À la une de l'Antivol

Publication de L’Antivol-papier n° 9, janvier-mars 2023

Par la Rédaction

Nous avons le plaisir de vous annoncer que le nouveau numéro de L’Antivol-papier, correspondant au premier trimestre 2023, vient de paraître. Il est toujours gratuit et contient des articles qui, nous l’espérons, vous intéresseront autant que les précédents.

À partir du mercredi 4 janvier, vous pourrez le trouver à Tours :

  • au bar « Le Serpent Volant », 54 rue du Grand Marché
  • au bar-tabac « Le Bergerac », 93 rue Colbert
  • à la librairie « Le Livre », 24 place du Grand Marché
  • à la librairie « Bédélire », 81 rue du Commerce
  • à la librairie « Lire au Jardin », 5 rue de Constantine
  • au bar « Les Colettes », 57 quai Paul Bert

Le plus simple est de le demander à l’accueil de ces établissements, aussi aimables qu’essentiels.

Par ailleurs, nous poursuivons la création de notre réseau de diffusion à vocation nationale.

Certains de nos membres ou lecteurs, ailleurs qu’à Tours, ont bien voulu en recevoir – nous prenons en charge les frais postaux – et se chargent de le distribuer autour d’eux.

On peut aussi le trouver à Paris, à la librairie « Quilombo », 23 rue Voltaire 75011, à Nantes à la librairie « Vent d’Ouest », 5 place du Bon Pasteur, à Saint-Nazaire à la librairie « L’Oiseau Tempête » 20bis rue de la Paix. Dans les Deux-Sèvres La Boisselière (79310 Vouhé), dans l’Isère L’atelier paysan (ZA des Papeteries 38140 Renage), dans le Tarn les éditions La Lenteur (Le Batz 81140 Saint-Michel-de-Vax), dans le Maine-et-Loire l’Université populaire du Saumurois (12 rue de la Tonnelle 49400 Saumur) ont également accepté de faire partie du réseau de distribution. Ce dont nous les remercions tous vivement.

Et nous sommes bien sûr preneurs d’autres bonnes volontés…

Pour nous en faire part, nous communiquer vos réactions à la lecture du journal, nous proposer, comme pour le blog, vos propres contributions, merci d’écrire à lantivol37@gmail.com

À bientôt donc et que vive la presse écrite, réellement libre et radicale…

La Rédaction

Pour télécharger les précédents numéros : n° 1 - n° 2 - n° 3 - n° 4 - n° 5 - n° 6- n° 5 - n° 6- n° 7 - n° 8

Sur « Les trente inglorieuses. Scènes politiques » de Jacques Rancière

Par Ariane Randeau

La publication, en 1992, du livre La fin de l’histoire et le dernier homme de Francis Fukuyama a marqué le philosophe Jacques Rancière. À la suite de la chute du Mur et de la dislocation de l’Union Soviétique, face à l’expansion d’un capitalisme toujours plus global et financiarisé, Fukuyama prononçait la fin des idéologies, le triomphe de la démocratie libérale et l’avènement d’un consensus mondial. Trente ans plus tard, l’ouvrage de Rancière, publié à La fabrique éditions, regroupe des textes allant de 1991 à 2021 qui, ensemble, proposent une analyse des processus et des effets de cette machine libérale prétendument « consensuelle ». Il y met en avant combien ce « consensus n’aboutit pas, ne produit pas ce qu’il promettait : la paix ». Tout au contraire…

Le premier processus consiste en la montée d’un « racisme d’en haut », c’est-à-dire d’une logique étatique qui décide de qui est citoyen ou non, trie le bon raciste du mauvais et propage partout la « haine de l’égalité ».

Le deuxième a trait à l’affirmation d’une culture de la haine et de la peur, entremêlées. Nos « démocraties », nouvelles formes politiques de « despotisme éclairé », s’ancrent dans une symbolique d’opposition du Bien et du Mal. Ce manichéisme, largement repris à partir des attentats du 11 septembre 2001, légitime la transformation des États en « États guerriers » et « policiers » œuvrant, bien évidemment, en faveur du Bien. Ainsi justifie-t-on, pêle-mêle, la guerre, l’intervention humanitaire, le mensonge d’État, l’instauration d’un climat d’incertitude généralisée, afin non pas d’apporter la paix mais de « gérer l’insécurité » et d’entretenir les inégalités au nom d’une supériorité morale et juridique où se confondent pouvoirs capitaliste, étatique, militaire et médiatique.

Un troisième processus se caractérise par le rejet des mouvements sociaux, la volonté de détruire les espaces collectifs, la propension à criminaliser toute forme de lutte. Ainsi s’ouvre un conflit inextricable entre deux mondes. Entre « les égaux assemblés et les gestionnaires du pouvoir oligarchique », il n’y a pas ou plus de négociation possible, ainsi qu’en témoignent quantité de mouvements sociaux tels que Occupy Wall Street ou les Gilets Jaunes.

Enfin on notera que Rancière, dans ses réflexions sur la question démocratique, aboutit à l’idée « qu’il n’y a pas de crise ou de malaise de la démocratie. Il y a et il y aura de plus en plus l’évidence de l’écart entre ce qu’elle signifie et ce à quoi on veut la réduire ». Il nous invite donc à penser la praxis militante car le danger est immense d’identifier, de confondre démocratie et représentation. Quand l’élection en vient à constituer la seule forme d’existence du « peuple », quand nous sommes gouvernés par une classe de professionnels de la politique qui s’auto-recrute, quand le système représentatif devient synonyme d’oligarchie, alors ce n’est pas ou plus la démocratie. Il est donc vital que les mouvements sociaux prennent conscience de l’impasse qu’il y a à se sentir légitimés par une frange d’« élus » qui sont plus les membres d’un système politico-médiatique qu’une réelle expression démocratique et égalitaire.

Posts les plus consultés de ce blog

Jours de grève et retraites : la punition ignorée

Par Pierre Bitoun

J’aurais pu, comme la quasi totalité de la population active ou retraitée, ne jamais m’en apercevoir. J’aurais pu, comme l’État, les syndicats ou les médias, ne pas ébruiter la nouvelle. J’aurais pu, enfin, accepter la mauvaise farce, si représentative d’une société, d’une époque. Oui, mais voilà, la retraite laisse parfois un peu de temps pour creuser les «  problèmes  »...

Les Brèves du Satirique, décembre 2020

Par Le Satirique

L’un des nouveaux membres de L’Antivol a l’esprit caustique. Sous le nom du « Satirique », un pseudo obligé pour raisons professionnelles, il nous a proposé de tenir une chronique de « brèves tourangelles », drôles et incisives. En voici la première livraison…

Les Brèves du Satirique, avril 2021

Par Le Satirique

L’un des membres de L’Antivol a l’esprit caustique. Sous le nom du « Satirique », un pseudo obligé pour raisons professionnelles, il nous livre ci-dessous sa troisième série de « brèves », drôles et incisives. C’est peu dire qu’il faut lire les précédentes et qu'on attend avec plaisir les prochaines livraisons…