À la une de l'Antivol

Publication de L’Antivol-papier n° 13, janvier-mars 2024

Par la Rédaction

Et d’abord, joyeuse année à venir…

Nous avons aussi le plaisir de vous annoncer que le nouveau numéro de L’Antivol-papier, correspondant au premier trimestre 2024, vient de paraître. Il est toujours gratuit et contient des articles qui, nous l’espérons, vous intéresseront autant que les précédents.

Vous pouvez le trouver à Tours :

  • au bar « Le Serpent Volant », 54 rue du Grand Marché
  • à la librairie « Le Livre », 24 place du Grand Marché
  • à la librairie « Bédélire », 81 rue du Commerce
  • à la librairie « Lire au Jardin », 5 rue de Constantine
  • au bar « Les Colettes », 57 quai Paul Bert (à partir du 15 janvier)

Le plus simple est de le demander à l’accueil de ces établissements, aussi aimables qu’essentiels.

Par ailleurs, nous poursuivons la création de notre réseau de diffusion à vocation nationale.

Certains de nos membres ou lecteurs, ailleurs qu’à Tours, ont bien voulu en recevoir – nous prenons en charge les frais postaux – et se chargent de le distribuer autour d’eux.

On peut aussi le trouver à Paris, à la librairie « Quilombo », 23 rue Voltaire 75011, à Saint-Nazaire à la librairie « L’Oiseau Tempête » 20bis rue de la Paix. Dans les Deux-Sèvres La Boisselière (79310 Vouhé), dans l’Isère L’atelier paysan (ZA des Papeteries 38140 Renage), dans le Tarn les éditions La Lenteur (Le Batz 81140 Saint-Michel-de-Vax), dans le Maine-et-Loire l’Université populaire du Saumurois (12 rue de la Tonnelle 49400 Saumur) ont également accepté de faire partie du réseau de distribution. Ce dont nous les remercions tous vivement.

Et nous sommes bien sûr preneurs d’autres bonnes volontés…

Pour nous en faire part, nous communiquer vos réactions à la lecture du journal, nous proposer, comme pour le blog, vos propres contributions, merci d’écrire à lantivol37@gmail.com

À bientôt donc et que vive la presse écrite, réellement libre et radicale…

La Rédaction

PS Pour télécharger les précédents numéros : n° 1 - n° 2 - n° 3 - n° 4 - n° 5 - n° 6 - n° 7 - n° 8 - n° 9 - n° 10 - n° 11 - n° 12

Tou(r)s sous surveillance – 1. Pour une critique active et engagée de la vidéo-surveillance à Tours

par J.

L’auteur – prononcer J point… comme point de vidéo-surveillance ! – a récemment proposé à L’Antivol de publier ses écrits sur le sujet. Nous n’avons pas hésité un seul instant, vu leurs qualités tant informatives que réflexives et leurs façons de marier éclairages généraux et enquête locale, en l’espèce tourangelle. Sans oublier quelques pointes d’humour qui ne gâchent rien. Voici donc le premier volet de la série, distribué au format papier en juin 2023…

Il y a encore une vingtaine d’années, les personnes s’intéressant aux questions liées à la vidéo-surveillance pouvaient penser que Tours était épargnée par la frénésie sécuritaire qui s’emparait à cette époque-là d'autres métropoles françaises. De plus, la ville n’était pas connue pour son taux de délinquance élevée ou pour ses activités militantes répréhensibles (arguments pouvant servir parfois à justifier l’implantation de caméras).

Mais il s’avère que depuis, les différentes équipes municipales ont eu à cœur de combler consciencieusement ce retard. Elles pouvaient compter pour cela sur les incitations idéologiques et financières des gouvernements (relayées par les préfectures) et le lobbying des entreprises commercialisant le matériel servant au vidéo-flicage.

À ce jour, le site de la mairie annonce toujours 106 caméras (1) (dans les faits, il y en a plus de 170) réparties dans toute la ville (certains quartiers étant plus concernés que d’autres) et reliées à un Centre de supervision urbain (CSU, inauguré en 2017). Même si depuis l’arrivée aux affaires de la municipalité écolo, d’après un adjoint, « le nombre de caméras reste numériquement constant », il est indéniable qu’elles pullulent actuellement dans le Vieux Tours (2), leur installation coïncidant avec la rénovation de certains secteurs (Place de la Victoire ou Place du Grand Marché).

Ainsi ce n’est plus chose aisée, dans ces zones, de boire un verre à la terrasse d’un bar sans être espionné.es par les agent.es du CSU.

Cette présence de plus en plus massive doit questionner chaque citoyenne et citoyen sur les raisons politiques du recours à la vidéo-surveillance. À l’heure où l’État, à l’approche des prochains J.O., est en roue libre sur les dispositions liberticides (autorisation des algorithmes et de la reconnaissance faciale notamment) (3), il est temps de s’opposer à cette organisation de l'espace public et d’en démanteler les infrastructures.

Le recours aux caméras de surveillance pose un ensemble de questions qui englobe des champs tels que l’écologie, l’économie ou encore la liberté de circulation (et ses corollaires que sont l’intimité voire l’invisibilité qui devraient être considérées comme des droits inaliénables).

De la Méga-Machine au Méga-Gaspillage

Outre les matériaux et l’énergie utilisés pour la construction et l’acheminement des caméras et des supports (mats en acier par exemple), la transmission et la sauvegarde des images demandent des infrastructures spécifiques et du matériel de traitement et d'archivage des données : ordinateurs puissants, écrans, serveurs, logiciels.

Les caméras et le CSU, étant opérationnels H24, nécessitent donc une grande consommation d’énergie.

Que ce soit au niveau local ou national, les récentes équipes municipales écolos élues en 2020 ne se sont pas embarrassées de ces considérations pour limiter, stopper ou même supprimer la surveillance de la voie publique. Finalement, cette duplicité ne fait que mettre en exergue le vrai visage d’une écologie dénuée de toutes radicalités et compatible avec des technologies énergivores, inutiles et liberticides. Une écologie start-up nation en adéquation idéologique avec le capitalisme et le néolibéralisme.

T. Blanc, « 46 yeux sur moi [Et vous ?] »,
Mémoire de recherche professionnel, 2023.

Les designers et designeuses des entreprises de vidéo-surveillance font preuve d’une imagination sans borne et redoublent d’efforts pour créer des caméras à la facture épurée et aux lignes délicieusement harmonieuses. Le flicage oui, mais avec chic et esthétisme.

Des innovations sans limites

Répondant aux principes du développement capitaliste, l’industrie de la surveillance est basée sur la recherche, l’innovation et la volonté de promouvoir sans cesse de nouveaux produits à refourguer aux municipalités et à l'État. Que ce soit pour le hardware ou le software, chaque nouvelle invention sera présentée comme plus performante, intelligente (sic) et pourquoi pas un jour éco-responsable, rendant le matériel utilisé jusqu'alors obsolète. Ce véritable bluff technologique encourage à changer régulièrement le parc de caméras et à se munir du dernier petit bijou de chez Hikvision ou Netatmo.

Et, on argumentera, qu’avec les nouvelles capacités de la EXIR 2.0 IPC-D140H HiLook, on aurait réussi à zoomer sur la personne qui a déposé ses ordures dans un fossé sis à la Gloriette.

Le boulevard que viennent d’ouvrir le gouvernement français, l’Assemblée Nationale et le Sénat aux entreprises, en légalisant l’analyse des images par des algorithmes, devrait motiver les valeureux et valeureuses VRP du milieu à vendre le plus de camelote possible et ainsi remporter le fabuleux voyage aux Seychelles sans doute promis à celui ou celle qui fera le plus de chiffre.

Caméras partout, Invisibilité nulle part

L’indifférence face à la vidéo-surveillance relève soit d’un manque d'observation de l’espace urbain soit d’un je-m’en-foutisme délétère (4). La banalisation de la vidéo-surveillance se nourrit de cette indifférence. Par la suite, il est d’autant plus facile de la légitimer auprès du grand public. Légitimation qui repose dans un premier temps sur sa prétendue utilité et dans un deuxième temps sur le fait qu’une personne n’ayant rien à se reprocher n’aurait rien à craindre du dispositif.

La police municipale recherche H/F pour regarder des écrans couleurs 8h par jour. Avoir de bons yeux et une grande résistance à l’ennui. Aucun diplôme ni compétence spécifique ne sont nécessaires (néanmoins, savoir utiliser une souris et un clavier pourrait-être utile). 

Concernant l’utilité de la vidéo-surveillance, à part les hérauts du flicage (entreprises, flics, ministres de l’Intérieur et de la Justice et au hasard Christian Estrosi), on est loin de l’unanimité. Nombreux sont les travaux et articles remettant en cause son efficacité (5). Même la Cour des Comptes dans un rapport de 2020 en questionne le rapport coût/efficacité (6). Mais finalement, ce qui doit le plus nous interroger, c’est que même, si à ce jour, certains et certaines n’ont rien à se reprocher, qu’en sera t-il à l’avenir ? La création de lois de plus en plus liberticides démontre que certains comportements autrefois licites deviennent par le truchement de la législation, illicites. Ainsi, certains rassemblements non autorisés et le fait de cacher son visage sur la voie publique sont d’ores et déjà criminalisés. Demain, ce sera peut-être se réunir à plus de 5 personnes, marcher dans certaines zones après 2h00 du matin (7), tracter sur la voie publique ou pour deux personnes du même genre, s’embrasser dans la rue.

Ces technologies sont en elles-mêmes dangereuses et contiennent les germes de l’autoritarisme, du contrôle et de la répression. Mais, ce qui est encore plus dangereux, ce sont les personnes qui sont derrière les caméras (physiquement et idéologiquement). Celles qui organisent et légifèrent sur ce qu’elles doivent détecter et signaler comme étant anormal et/ou illégal.

Gardons à l’esprit qu’une technologie n'est jamais neutre.

Une fois à l’œuvre, il n’y a jamais de retour en arrière (8).

À suivre...
Pour faire part de vos retours et/ou proposer des contributions,
écrire à
TSS37@proton.me

Notes

  1. https://www.tours.fr/services-infos-pratiques/298-videoprotection.htm
    https://tours.sous-surveillance.net/
    (référencement participatif)
  2. La dernière en date a été installée au 70 rue du Grand Marché à la mi-juin 2023.
  3. https://www.laquadrature.net/2021/10/15/jo-2024-la-frenesie-securitaire/
  4. En conséquence, il importe de se questionner sur qui fait la ville et pour quelles finalités. Lire notamment M. Adam et E. Comby, Le capital dans la cité, Ed. Amsterdam, 2020 ; D. Mangin, La ville franchisée, Ed. de la Villette, 2004 ; S. Graham, Villes sous contrôle, La Découverte, 2012.
  5. Lire notamment, L. Mucchielli, Vous êtes filmés, Armand Colin, 2018.
  6. https://www.ccomptes.fr/fr/publications/les-polices-municipales
  7. Durant les différents confinements et couvre-feux de tels lois ou décrets sont apparus et leurs retours ne seraient qu’une formalité.
  8. Écouter à ce propos : https://archive.org/details/rmu-080-jarrige-ideologie-progres

Références sélectives

  1. Bibliographie

Anonyme (2023), Pas vue pas prise, auto-édition, à télécharger sur https://we.riseup.net/assets/881357/Texte-v1.pdf
Codaccioni Vanessa (2021), La société de vigilance, Textuel.
Fœssel Mickaël (2010) État de vigilance, Le Bord de l’eau.
Graham Stephen (2012), Villes sous contrôle, La Découverte.
Lemaire Elodie (2019), L’œil sécuritaire, La Découverte.
Ligue des droits de l’Homme - LDH (2009), Contre la liberté surveillée, à télécharger sur https://www.ldh-france.org/contre-la-liberte-surveillee/
Manière de voir (N°133 – 02/03 2014), Souriez vous êtes filmés, Le Monde Diplomatique.
Mucchielli Laurent (2018), Vous êtes filmés !, Armand Colin.
Richard Claire (2021), Technopolice, défaire le rêve sécuritaire de la safe city, 369 éditions.

  1. Webographie

https://tours.sous-surveillance.net/
https://technopolice.fr/
https://www.laquadrature.net/
https://www.cnil.fr/fr/videoprotection-quelles-sont-les-dispositions-applicables
https://www.notrace.how/resources/fr/

  1. Documentaires, reportages

Lamour Olivier (2021), Fliquez-vous les uns les autres, France Tv.
Louvet Sylvain (2020), Tous surveillés, 7 milliards de suspects, Arte Tv.
Etcheto Antoine, Faubert Serge (2021), Vidéosurveillance intelligente, une menace pour nos libertés ?, Blast.

Posts les plus consultés de ce blog

Les Brèves du Satirique, avril 2021

Par Le Satirique

L’un des membres de L’Antivol a l’esprit caustique. Sous le nom du « Satirique », un pseudo obligé pour raisons professionnelles, il nous livre ci-dessous sa troisième série de « brèves », drôles et incisives. C’est peu dire qu’il faut lire les précédentes et qu'on attend avec plaisir les prochaines livraisons…

Les Brèves du Satirique, décembre 2020

Par Le Satirique

L’un des nouveaux membres de L’Antivol a l’esprit caustique. Sous le nom du « Satirique », un pseudo obligé pour raisons professionnelles, il nous a proposé de tenir une chronique de « brèves tourangelles », drôles et incisives. En voici la première livraison…

Jours de grève et retraites : la punition ignorée

Par Pierre Bitoun

J’aurais pu, comme la quasi totalité de la population active ou retraitée, ne jamais m’en apercevoir. J’aurais pu, comme l’État, les syndicats ou les médias, ne pas ébruiter la nouvelle. J’aurais pu, enfin, accepter la mauvaise farce, si représentative d’une société, d’une époque. Oui, mais voilà, la retraite laisse parfois un peu de temps pour creuser les «  problèmes  »...