À la une de l'Antivol

Publication de L’Antivol-papier n° 13, janvier-mars 2024

Par la Rédaction

Et d’abord, joyeuse année à venir…

Nous avons aussi le plaisir de vous annoncer que le nouveau numéro de L’Antivol-papier, correspondant au premier trimestre 2024, vient de paraître. Il est toujours gratuit et contient des articles qui, nous l’espérons, vous intéresseront autant que les précédents.

Vous pouvez le trouver à Tours :

  • au bar « Le Serpent Volant », 54 rue du Grand Marché
  • à la librairie « Le Livre », 24 place du Grand Marché
  • à la librairie « Bédélire », 81 rue du Commerce
  • à la librairie « Lire au Jardin », 5 rue de Constantine
  • au bar « Les Colettes », 57 quai Paul Bert (à partir du 15 janvier)

Le plus simple est de le demander à l’accueil de ces établissements, aussi aimables qu’essentiels.

Par ailleurs, nous poursuivons la création de notre réseau de diffusion à vocation nationale.

Certains de nos membres ou lecteurs, ailleurs qu’à Tours, ont bien voulu en recevoir – nous prenons en charge les frais postaux – et se chargent de le distribuer autour d’eux.

On peut aussi le trouver à Paris, à la librairie « Quilombo », 23 rue Voltaire 75011, à Saint-Nazaire à la librairie « L’Oiseau Tempête » 20bis rue de la Paix. Dans les Deux-Sèvres La Boisselière (79310 Vouhé), dans l’Isère L’atelier paysan (ZA des Papeteries 38140 Renage), dans le Tarn les éditions La Lenteur (Le Batz 81140 Saint-Michel-de-Vax), dans le Maine-et-Loire l’Université populaire du Saumurois (12 rue de la Tonnelle 49400 Saumur) ont également accepté de faire partie du réseau de distribution. Ce dont nous les remercions tous vivement.

Et nous sommes bien sûr preneurs d’autres bonnes volontés…

Pour nous en faire part, nous communiquer vos réactions à la lecture du journal, nous proposer, comme pour le blog, vos propres contributions, merci d’écrire à lantivol37@gmail.com

À bientôt donc et que vive la presse écrite, réellement libre et radicale…

La Rédaction

PS Pour télécharger les précédents numéros : n° 1 - n° 2 - n° 3 - n° 4 - n° 5 - n° 6 - n° 7 - n° 8 - n° 9 - n° 10 - n° 11 - n° 12

À propos de « Une belle grève de femmes » d’Anne Crignon (Libertalia, 2023)

Quarante-sept. C’est le nombre de jours de la grève menée par les sardinières de Douarnenez en 1924. Dans son ouvrage dont elle emprunte le titre Une belle grève de femmes à Lucie Colliard, journaliste pour L’Humanité dans les années 1920, Anne Crignon nous plonge au cœur de la lutte victorieuse des « Penn sardin ».

Par Ariane Randeau

Quarante-sept. C’est le nombre de jours de la grève menée par les sardinières de Douarnenez en 1924. Dans son ouvrage dont elle emprunte le titre Une belle grève de femmes à Lucie Colliard, journaliste pour L’Humanité dans les années 1920, Anne Crignon nous plonge au cœur de la lutte victorieuse des « Penn sardin ».

Dans les années 1920, Douarnenez compte une vingtaine de conserveries. La vie est rythmée par le travail de l’usine pour les femmes et celui de marin-pêcheur pour les hommes. Les ouvrières des conserveries font partie des ouvrières les moins bien payées de France. « Une sardinière qui file vers la conserverie n’a aucune idée de l’heure (et même parfois du jour) où elle rentrera chez elle. Elle est à l’usine dix, quinze ou dix-huit heures d’affilée. Les très influents industriels bretons ont obtenu de Paris des dérogations en ce sens et Paris a posé une condition : que le travail ne dépasse pas soixante-douze heures par semaine, ce sur quoi le patronat local s’assoit ». Les enfants travaillent également. Même si à l’époque l’âge légal est fixé à 12 ans, il n’est pas rare de trouver des enfants travaillant dès l’âge de 8 ans. Par ailleurs, en 1921, Douarnenez est la première municipalité communiste de France. C’est dans ce contexte de pauvreté économique et d’émulation politique qu’éclate la grève, le 21 novembre 1924, avec pour principale revendication : une augmentation de 25 sous de l’heure.

Cahiers de revendications, débrayages, chants, manifestations, meetings, distributions de repas, comité de solidarité, argent qui afflue de la France entière, soutien de la mairie, soutien de syndicalistes et journalistes parisiens, Anne Crignon décrit avec rythme tout le répertoire d’action collective mobilisé par les femmes. Ce sont des milliers de personnes, jusqu’à 5 000, qui manifestent dans les rues de Douarnenez. « Ne rien lâcher fut leur mot d’ordre » dit l’autrice. Face au mépris et à la bassesse des patrons (refus de recevoir les grévistes, embauche de briseurs de grève, agression au revolver du maire, etc.), la lutte trouve son issue non seulement grâce à la solidarité ouvrière mais aussi du fait de la pression mise par le gouvernement sur le patronat.

Au final, les sardinières gagnent : 25 sous en plus de l’heure, application de la loi des 8 heures, rémunération des heures d’attente du poisson, majoration des heures supplémentaires et du travail de nuit.

A lire Une belle grève de femmes, on éprouve bien du plaisir car on est là face au récit d’une victoire, à l’heure même où le mouvement social accumule surtout les défaites, à l’instar de la récente réforme des retraites. Mais ce plaisir est aussi tout relatif puisque cette victoire des Penn sardin reste circonscrite à des revendications classiques – amélioration des salaires, des conditions de travail, etc. – et n’engage pas de remise en cause des rapports d’exploitation capitalistes. Nulle perspective d’autogestion, nulle émancipation du rapport salarial, nulle abolition du patronat…

Posts les plus consultés de ce blog

Les Brèves du Satirique, avril 2021

Par Le Satirique

L’un des membres de L’Antivol a l’esprit caustique. Sous le nom du « Satirique », un pseudo obligé pour raisons professionnelles, il nous livre ci-dessous sa troisième série de « brèves », drôles et incisives. C’est peu dire qu’il faut lire les précédentes et qu'on attend avec plaisir les prochaines livraisons…

Les Brèves du Satirique, décembre 2020

Par Le Satirique

L’un des nouveaux membres de L’Antivol a l’esprit caustique. Sous le nom du « Satirique », un pseudo obligé pour raisons professionnelles, il nous a proposé de tenir une chronique de « brèves tourangelles », drôles et incisives. En voici la première livraison…

Jours de grève et retraites : la punition ignorée

Par Pierre Bitoun

J’aurais pu, comme la quasi totalité de la population active ou retraitée, ne jamais m’en apercevoir. J’aurais pu, comme l’État, les syndicats ou les médias, ne pas ébruiter la nouvelle. J’aurais pu, enfin, accepter la mauvaise farce, si représentative d’une société, d’une époque. Oui, mais voilà, la retraite laisse parfois un peu de temps pour creuser les «  problèmes  »...