À la une de l'Antivol

Publication de L’Antivol-papier n° 5, janvier-mars 2022

Par la Rédaction

L’Antivol avait pris son envol…papier en janvier 2021 et nous soufflons donc aujourd’hui sa première bougie.

C’est ainsi que le n°5, correspondant au premier trimestre 2022, vient tout juste d’être imprimé et sera disponible dès cette semaine, à partir du mercredi 5 janvier. Il est toujours gratuit et contient des articles qui, nous l’espérons, vous intéresseront autant que les précédents.

Vous pouvez le trouver, à Tours :

  • au bar « Le Serpent Volant », 54 rue du Grand Marché
  • au bar-tabac « Le Bergerac », 93 rue Colbert
  • à la librairie « Le Livre », 24 place du Grand Marché
  • à la librairie « Bédélire », 81 rue du Commerce
  • à la librairie « Lire au Jardin », 5 rue de Constantine
  • au bar « Les Colettes », 57 quai Paul Bert

Le plus simple est de le demander à l’accueil de ces établissements, aussi aimables qu’essentiels.

Par ailleurs, nous poursuivons la création de notre réseau de diffusion à vocation nationale.

Certains de nos membres ou lecteurs, ailleurs qu’à Tours, ont bien voulu en recevoir – nous prenons en charge les frais postaux – et se chargent de le distribuer autour d’eux.

On peut aussi le trouver à Paris, à la librairie « Quilombo », 23 rue Voltaire 75011 et à Nantes, à la librairie « Vent d’Ouest », 5 place du Bon Pasteur. Dans les Deux-Sèvres La Boisselière (79310 Vouhé), dans l’Isère L’atelier paysan (ZA des Papeteries 38140 Renage), dans le Tarn les éditions La Lenteur (Le Batz 81140 Saint-Michel-de-Vax), dans le Maine-et-Loire l'Université populaire du Saumurois (12 rue de la Tonnelle 49400 Saumur) ont également accepté de faire partie du réseau de distribution. Ce dont nous les remercions tous vivement.

Et nous sommes bien sûr preneurs d’autres bonnes volontés…

Pour nous en faire part, nous communiquer vos réactions à la lecture du journal, nous proposer, comme pour le blog, vos propres contributions, merci d’écrire à lantivol37@gmail.com

A bientôt donc et que vive la presse écrite, réellement libre et radicale…

La Rédaction

Pour télécharger les précédents numéros : n° 1 - n° 2 - n° 3 - n° 4

Les Brèves du Satirique, décembre 2021

Par Le Satirique

L’un des membres de L’Antivol a l’esprit caustique. Sous le nom du « Satirique », un pseudo obligé pour raisons professionnelles, il nous livre ci-dessous sa 8ème série de « brèves », drôles et incisives. L’accès aux précédentes livraisons est, comme à l’accoutumée, au bas de l’article.

Sur le pont Wilson, on y jargonne, on y jargonne

À l’entrée du pont Wilson, côté Tranchée, vous ne vous êtes peut-être jamais arrêté pour lire le panneau historique et touristique, intitulé « La silhouette urbaine de Tours  ». Vous avez eu tort car le premier paragraphe est un tordant exemple du jargon des spécialistes en patrimoine : « L’espace ouvert de la Loire permet d’apprécier les caractéristiques identitaires de la silhouette très horizontale de la Ville. L’écriture urbaine est rythmée par les édifices remarquables, facilement repérables en tant qu’événements verticaux. »

Assistés ?

Deux amies, la trentaine, se font face dans un wagon du métro parisien. La conversation, pour une fois audible, devient politique :

« Le problème de la gauche c’est qu’elle aide trop les gens », lance l’une.
« Le problème de la droite c’est qu’elle aide trop les gens, aussi », rétorque l’autre.

La première, interloquée, fait signe à sa copine qu’elle ne comprend pas.
« Eh ben oui, elle aide trop les riches ! »

Le brouhaha du métro reprend…

Entre-soi

Cette année, du 6 au 10 octobre 2021, avait lieu à Blois la 24ème édition des « Rendez-vous de l’Histoire » au sein desquels figuraient aussi, pour la 8ème fois consécutive, cinq jours de rencontres consacrées à « L’Économie ». À consulter le programme, nulle surprise. Tout le gratin du monde politique, des affaires, des médias, des économistes « comme il faut » ou des contestataires « mais pas trop », est annoncé, au point de faire penser à un « dîner du Siècle » qu’on aurait décentralisé durant quelques jours en cité blaisoise. Mais le plus vaniteux, le plus grotesque de « l’entre-soi » fut sans doute atteint durant la dernière journée, le dimanche 10, parrainée par les centres E. Leclerc. Qui vint y présenter son dernier livre ? Michel-Édouard bien sûr, comme toujours très préoccupé des arrangements entre amis et des fins du moi.

Un vaccin contre la haine ?

Le lundi 18 octobre 2021, dans le cadre de l’émission « 24h Pujadas » sur LCI, les « entre-soi » du plateau du jour sont conviés à répondre à la question : « Virus : le début de la 5ème vague ? ». Après divers propos mille fois entendus (quels chiffres ?, les bienfaits de la couverture vaccinale et ses limites, faut-il recourir ou non à l’obligation vaccinale ?, etc.), le ton, soudain, s’échauffe au sujet des + de 600 000 personnes de + de 75 ans qui ne sont toujours pas vaccinées. Aiguillonné par les interventions de l’épidémiologiste et startuper Martin Blachier, le journaliste Jean Quatremer, correspondant à Bruxelles de Libération, s’emporte. « (…) C’est facile, on appelle ces 626 000 personnes, une par une, et si jamais elles ne défèrent pas à la convocation, eh bien, on suspend le paiement des retraites. Je peux vous dire que les 626 000 personnes, elles vont aller se faire vacciner, et extrêmement rapidement ! ». « Je suis d’accord », renchérit Blachier dont on entend juste la voix…

Posts les plus consultés de ce blog

La belle et saine colère de Bernard Friot

Par La Rédaction

La scène se déroule le 28 juin 2016, au Lieu-Dit, à Paris. Ce jour-là, la revue Ballast organise un débat, intitulé « Salaire à vie et revenu de base : quelles différences, quelles convergences ? ». Derrière une table, sont assis Baptiste Mylondo, pour le revenu de base, et Bernard Friot, pour le salaire à vie. La salle est comble et la rencontre, interventions des invités et échanges avec l’auditoire, durera plus de deux heures.

Les Brèves du Satirique, février 2021

Par Le Satirique

L’un des membres de L’Antivol a l’esprit caustique. Sous le nom du « Satirique », un pseudo obligé pour raisons professionnelles, il nous livre ci-dessous sa deuxième série de « brèves », drôles et incisives. C’est peu dire qu’on attend avec impatience les prochaines livraisons…

Les Brèves du Satirique, décembre 2020

Par Le Satirique

L’un des nouveaux membres de L’Antivol a l’esprit caustique. Sous le nom du « Satirique », un pseudo obligé pour raisons professionnelles, il nous a proposé de tenir une chronique de « brèves tourangelles », drôles et incisives. En voici la première livraison…