À la une de l'Antivol

Publication de L’Antivol-papier n° 7, juillet-septembre 2022

Par la Rédaction

Nous avons le plaisir de vous annoncer que le nouveau numéro de L’Antivol-papier, correspondant au troisième trimestre 2022, vient de paraître. Il est toujours gratuit et contient des articles qui, nous l’espérons, vous intéresseront autant que les précédents.

Vous pouvez le trouver, à Tours :

  • au bar « Le Serpent Volant », 54 rue du Grand Marché
  • au bar-tabac « Le Bergerac », 93 rue Colbert
  • à la librairie « Le Livre », 24 place du Grand Marché
  • à la librairie « Bédélire », 81 rue du Commerce
  • à la librairie « Lire au Jardin », 5 rue de Constantine
  • au bar « Les Colettes », 57 quai Paul Bert

Le plus simple est de le demander à l’accueil de ces établissements, aussi aimables qu’essentiels.

Par ailleurs, nous poursuivons la création de notre réseau de diffusion à vocation nationale.

Certains de nos membres ou lecteurs, ailleurs qu’à Tours, ont bien voulu en recevoir – nous prenons en charge les frais postaux – et se chargent de le distribuer autour d’eux.

On peut aussi le trouver à Paris, à la librairie « Quilombo », 23 rue Voltaire 75011 et à Nantes, à la librairie « Vent d’Ouest », 5 place du Bon Pasteur. Dans les Deux-Sèvres La Boisselière (79310 Vouhé), dans l’Isère L’atelier paysan (ZA des Papeteries 38140 Renage), dans le Tarn les éditions La Lenteur (Le Batz 81140 Saint-Michel-de-Vax), dans le Maine-et-Loire l’Université populaire du Saumurois (12 rue de la Tonnelle 49400 Saumur) ont également accepté de faire partie du réseau de distribution. Ce dont nous les remercions tous vivement.

Et nous sommes bien sûr preneurs d’autres bonnes volontés…

Pour nous en faire part, nous communiquer vos réactions à la lecture du journal, nous proposer, comme pour le blog, vos propres contributions, merci d’écrire à lantivol37@gmail.com

À bientôt donc et que vive la presse écrite, réellement libre et radicale…

La Rédaction

Pour télécharger les précédents numéros : n° 1 - n° 2 - n° 3 - n° 4 - n° 5 - n° 6

Les Brèves du Satirique, février 2022

Par Le Satirique

L’un des membres de L’Antivol a l’esprit caustique. Sous le nom du « Satirique », un pseudo obligé pour raisons professionnelles, il nous livre ci-dessous sa 9ème série de « brèves », drôles et incisives, toutes consacrées cette fois au Covid. L’accès aux précédentes livraisons est, comme d’habitude, au bas de l’article.

Halte aux terroriches !

Selon le dernier rapport d’Oxfam, la pandémie a été l’occasion d’un « enrichissement historique » des ultrariches. De mars 2020 à novembre 2021, la fortune des 10 milliardaires les plus riches du monde a doublé, on a compté un nouveau milliardaire toutes les 26 heures, tandis que 160 millions de personnes tombaient dans la pauvreté. En France, où 10% de la population a désormais besoin de l’aide alimentaire pour vivre, les 5 premières fortunes (Arnault, Bettencourt, Pinault, les frères Wertheimer) ont aussi doublé (+173 milliards d’euros), la fortune de l’ensemble des milliardaires a augmenté plus rapidement qu’en une décennie entière (+236 milliards), une somme qui permettrait, par exemple, de multiplier par 4 le budget de l’hôpital public. On sait enfin, grâce à People Vaccine Alliance (80 ONG dont Oxfam), que les bénéfices cumulés du trio Pfizer, BioNTech et Moderna vont s’élever en 2021 à 65 000 dollars par minute, soit 1000 dollars par seconde ! Comme ils disent dans la pub gouvernementale, « on peut débattre de tout, sauf des chiffres »...

Un moment de répit

Le 13 janvier dernier, on a appris que le ministre de la Santé, Olivier Véran, triplement vacciné, avait été testé positif au Covid. Pendant quelques jours, on a donc pu souffler : il ne nous a plus parlé au micron.

Pas de trou dans la raquette !

Face au n°1 mondial de tennis, Novax Djokovic, la justice australienne est demeurée inflexible.

Pensées tristes des temps covidés

Le monde d’après, c’est le monde d’avant en pire. Le monde d’après, c’est le monde d’avant, empire. Le monde d’après, c’est le monde d’avant, expire.

Propos enjoués des temps covidés

« T’as le cou vide ? » est devenu l’une des brèves de comptoir dont on ne se pass plus.

Intelligentes pancartes

Lors des manifestations du samedi, on croise parfois d’excellents auteurs qui nous extraient de l’emprise des chiffres et nous donnent à penser l’époque. C’est ainsi qu’on a pu lire, à Tours, « je m’entête à adorer affreusement la liberté libre » (Arthur Rimbaud) ou « le bien-être de l’humanité a toujours été l’alibi des tyrans » (Albert Camus).

Posts les plus consultés de ce blog

Jours de grève et retraites : la punition ignorée

Par Pierre Bitoun

J’aurais pu, comme la quasi totalité de la population active ou retraitée, ne jamais m’en apercevoir. J’aurais pu, comme l’État, les syndicats ou les médias, ne pas ébruiter la nouvelle. J’aurais pu, enfin, accepter la mauvaise farce, si représentative d’une société, d’une époque. Oui, mais voilà, la retraite laisse parfois un peu de temps pour creuser les «  problèmes  »...

Les Brèves du Satirique, décembre 2020

Par Le Satirique

L’un des nouveaux membres de L’Antivol a l’esprit caustique. Sous le nom du « Satirique », un pseudo obligé pour raisons professionnelles, il nous a proposé de tenir une chronique de « brèves tourangelles », drôles et incisives. En voici la première livraison…

Les Brèves du Satirique, avril 2021

Par Le Satirique

L’un des membres de L’Antivol a l’esprit caustique. Sous le nom du « Satirique », un pseudo obligé pour raisons professionnelles, il nous livre ci-dessous sa troisième série de « brèves », drôles et incisives. C’est peu dire qu’il faut lire les précédentes et qu'on attend avec plaisir les prochaines livraisons…