À la une de l'Antivol

Publication de L’Antivol-papier n° 6, avril-juin 2022

Par la Rédaction

Nous avons le plaisir de vous annoncer que le nouveau numéro de L’Antivol-papier, correspondant au deuxième trimestre 2022, vient de paraître. Il est toujours gratuit et contient des articles qui, nous l’espérons, vous intéresseront autant que les précédents.

Vous pouvez le trouver, à Tours :

  • au bar « Le Serpent Volant », 54 rue du Grand Marché
  • au bar-tabac « Le Bergerac », 93 rue Colbert
  • à la librairie « Le Livre », 24 place du Grand Marché
  • à la librairie « Bédélire », 81 rue du Commerce
  • à la librairie « Lire au Jardin », 5 rue de Constantine
  • au bar « Les Colettes », 57 quai Paul Bert

Le plus simple est de le demander à l’accueil de ces établissements, aussi aimables qu’essentiels.

Par ailleurs, nous poursuivons la création de notre réseau de diffusion à vocation nationale.

Certains de nos membres ou lecteurs, ailleurs qu’à Tours, ont bien voulu en recevoir – nous prenons en charge les frais postaux – et se chargent de le distribuer autour d’eux.

On peut aussi le trouver à Paris, à la librairie « Quilombo », 23 rue Voltaire 75011 et à Nantes, à la librairie « Vent d’Ouest », 5 place du Bon Pasteur. Dans les Deux-Sèvres La Boisselière (79310 Vouhé), dans l’Isère L’atelier paysan (ZA des Papeteries 38140 Renage), dans le Tarn les éditions La Lenteur (Le Batz 81140 Saint-Michel-de-Vax), dans le Maine-et-Loire l’Université populaire du Saumurois (12 rue de la Tonnelle 49400 Saumur) ont également accepté de faire partie du réseau de distribution. Ce dont nous les remercions tous vivement.

Et nous sommes bien sûr preneurs d’autres bonnes volontés…

Pour nous en faire part, nous communiquer vos réactions à la lecture du journal, nous proposer, comme pour le blog, vos propres contributions, merci d’écrire à lantivol37@gmail.com

A bientôt donc et que vive la presse écrite, réellement libre et radicale…

La Rédaction

Pour télécharger les précédents numéros : n° 1 - n° 2 - n° 3 - n° 4 - n° 5

Les Brèves du Satirique, avril 2022

Par Le Satirique

L’un des membres de L’Antivol a l’esprit caustique. Sous le nom du « Satirique », un pseudo obligé pour raisons professionnelles, il nous livre ci-dessous sa 10ème série de « brèves », drôles et incisives. L’accès aux précédentes livraisons est, comme d’habitude, au bas de l’article.

Nombreux s’abstiennent de l’emprunter

Quand tout sera privé, on sera privé de tout. Même des promesses…

Au début de cette année, L’Antivol a profité du droit d’interpellation mis en place par la Ville de Tours pour poser la question suivante : « Durant la campagne pour les élections municipales de 2020, la liste conduite par E. Denis avait pris l’engagement de revenir sur la délégation à la SAGS du contrôle et de la verbalisation du stationnement à Tours. Quand comptez-vous tenir cette promesse et comment allez-vous organiser cette remunicipalisation ? ». Retoquée pour une présentation orale lors de la séance du conseil municipal du 31 janvier, cette interpellation recevra « une réponse écrite après le conseil » et question et réponse seront également « publiées par la suite sur le site internet de la Ville », expliquait dans un mail du 25 une « collaboratrice de cabinet » du maire.

Deux mois plus tard, le 30 mars, après force relances, la réponse arriva enfin, signée de l’adjointe Armelle Gallot-Lavallée « déléguée aux transitions des mobilités (sic !), à la circulation, au stationnement et à la sécurité routière ». Une réponse donc toute en langue de bois de transition, de lancement d’étude d’ensemble, de temps nécessaire à une réflexion complexe, et par conséquent d’atermoiement : « les modalités actuelles de contrôle du stationnement payant seront maintenues jusqu’à fin 2023 », note la représentante de la Ville plus lente qu’un horodateur. On imagine d’ici l’interpellation du 01/01/2024…

Solidarité ?

Le 20 janvier dernier, a eu lieu la première édition tourangelle de « La Nuit de la Solidarité ». Visant à « recenser » les personnes en situation de « sans-abrisme » (sic !) et à « mieux connaître leurs besoins », cette « grande opération » a mobilisé plus de 200 « bénévoles » (élus et agents de la Ville et de la Métropole, de l’État, d’associations, travailleurs sociaux, étudiants, etc). En fait de solidarité, on a eu droit à une énième illustration des méthodes de gestion des (plus) pauvres à l’ère du capitalisme néolibéral : un tout petit peu de secours d’urgence « humanitaire » + beaucoup de charité et d’hypocrisie « citoyenne » + une bonne dose de comm’ et de numérique pour « la présentation des résultats » à la mairie. Autrement dit, il importe que pauvreté dure afin que bonne conscience s’y alimente.

Le scandale et l’oubli

À la suite des révélations concernant le groupe Orpea – voir le livre de Victor Castanet Les Fossoyeurs(Fayard) –, Philippe Chalumeau, député La République en Marché (LREM) de Tours, était invité sur LCP pour un numéro de l’émission « Ça vous regarde », intitulé « Ehpad : ce scandale va-t-il changer les choses ? ». Difficile à dire tant la question a été si maintes fois dénoncée sans, justement, que « les choses changent ». Ce qui est certain, en revanche, c’est que le député a oublié de préciser dans quel groupe il officiait en tant que médecin coordonnateur d’Ehpad. À croire que travailler chez Korian ferait aussi mauvais genre…

Mentir, détruire, tuer

Quels sont les principaux pays exportateurs d’armes dans le monde ? Si l’on se fie aux chiffres 2016-2020 de l’Institut international de recherche sur la paix de Stockholm (SIPRI), les 5 premiers sont les États-Unis (37% du total des exportations), la Russie (20%), la France (8,2%), l’Allemagne (5,5%) et la Chine (5,2%). Aucun de ces pays, naturellement, n’a jamais menacé la paix du monde.

Posts les plus consultés de ce blog

Jours de grève et retraites : la punition ignorée

Par Pierre Bitoun

J’aurais pu, comme la quasi totalité de la population active ou retraitée, ne jamais m’en apercevoir. J’aurais pu, comme l’État, les syndicats ou les médias, ne pas ébruiter la nouvelle. J’aurais pu, enfin, accepter la mauvaise farce, si représentative d’une société, d’une époque. Oui, mais voilà, la retraite laisse parfois un peu de temps pour creuser les «  problèmes  »...

Les Brèves du Satirique, décembre 2020

Par Le Satirique

L’un des nouveaux membres de L’Antivol a l’esprit caustique. Sous le nom du « Satirique », un pseudo obligé pour raisons professionnelles, il nous a proposé de tenir une chronique de « brèves tourangelles », drôles et incisives. En voici la première livraison…

Les Brèves du Satirique, avril 2021

Par Le Satirique

L’un des membres de L’Antivol a l’esprit caustique. Sous le nom du « Satirique », un pseudo obligé pour raisons professionnelles, il nous livre ci-dessous sa troisième série de « brèves », drôles et incisives. C’est peu dire qu’il faut lire les précédentes et qu'on attend avec plaisir les prochaines livraisons…